Comment surmonter la peur de l’avion ?

Par Jerome,  publié le 8 février 2018 à 16h39.
 6 minutes

Voyager malin

Illustration. La peur de monter en avion. Shutterstock.com

Prendre l’avion n’est absolument pas évident, beaucoup en ont très peur. Pourtant selon les statistiques : les risques d’accident sont largement inférieurs à ceux d'un accident de voiture…

Des plus grands aux plus petits, tout le monde peut être atteint de la peur de prendre l’avion. Effectivement il se tourne bien plus de films sur les crashs d’avions que sur les accidents de voiture et mine de rien, cela ne fait qu’attiser encore plus la peur des voyageurs.

Les origines de cette peur

Comme il a été dit plus tôt, il y a des facteurs et bien des idées reçues qui font que les individus ont peur de prendre l’avion. À titre d’exemple les films catastrophes sur les crashs d’avion : il y a en tellement que les gens pourront croire qu’il n’existe pas d’avion qui ne se crashe pas. Tout porte à croire que l’industrie cinématographique s’acharne à donner une mauvaise réputation aux avions.

De par sa nature, l’homme est un être vivant terrestre et d’emblée sa place se trouve donc sur terre et non dans les airs. En prenant l’avion, le subconscient interprète le fait de voler comme étant hors de la nature humaine et c’est pourquoi les individus atteints de la peur de prendre ce moyen de transport sont pris de peur. Le fait est que ce soit, le subconscient qui provoque. Cela explique tout à fait que les gens ne sachent pas exactement d’où vient cette peur.

Bien que les statistiques démontrent thèse après thèse que l’avion est l’un des appareils les plus sûrs au monde, l’homme ne peut en être influencé positivement, car en raison de sa nature terrestre, la partie rationnelle du cerveau est totalement mise à l’écart à l’idée de prendre cet appareil. Effectivement, aucune compagnie aérienne ne lésine aucun contrôle de sécurité, tout y passe ! Des pilotes au reste de l’équipage tout le personnel est surentraîné et prêt à affronter n’importe quel problème … Mais cela ne change rien au fait que l’homme redoute toujours de prendre l’avion.

La peur de l’avion peut se développer à tout âge, vous l’aurez compris : les enfants comme les adultes peuvent en avoir peur. Cependant, d’après des études, il a pu être démontré que cette peur s’accroît à l’âge adulte et plus précisément au stade parental. Effectivement, à ce stade de la vie le but premier est de protéger sa progéniture. De ces faits prendre l’avion pourrait, selon le cerveau, porter atteinte à la sécurité de la famille.

Manifestations de la peur

Par constatation, il a été remarqué qu’un passage en zone de turbulences (même dans un laps de temps moindre) pouvait être une expérience particulièrement difficile à vivre pour les plus sensibles. Cela n’arrange pas les choses, car l’individu ne pourra que confirmer ces craintes, ainsi il aura encore plus peur.

Voici les manifestations les plus communes qui peuvent survenir lorsqu’une personne phobique des avions se retrouve en vol :

  • l’hyperventilation qui est due à une crise de panique aiguë, le fait de voir flou, des envies de vomissement incontrôlable et l’une des plus difficiles à gérer : l’évanouissement. Mais aussi la claustrophobie (peur de se retrouver dans un endroit clos ou confiné),
  • l’acrophobie (peur de se retrouver en hauteur) ou encore la phobie sociale.

Ne vous inquiétez surtout pas, car l’équipage est tout à fait apte à s’occuper de vous en cas d’apparition de ces symptômes de phobie.

Affronter cette peur et en venir à bout

Sachez que de nos jours il existe une multitude de manières de vaincre cette peur chronique de prendre l’avion. L’équipage en a parfaitement conscience c’est pourquoi il est préférable d’en parler avec eux au départ, afin qu’ils puissent vous assister au mieux.

Il a d’ailleurs été mis en place des stages de pratique pour vous aider. D’après certains comptes rendus, la cause de la phobie des personnes varie énormément. Leur inquiétude ne se porte pas exclusivement sur la question du vol en lui-même, mais plutôt sur la possibilité de manifestation de leurs pires angoisses. Ainsi, ce n’est ni vraiment une question de sécurité, mais plutôt une question de comment gérer sa phobie en elle-même.

Il est tout à fait possible de vaincre cette peur. Étant donné qu’elle est d’un ordre psychologique, il ne dépendra que de la volonté réelle de l’individu. Les stages pratiques sont là pour aider à en venir à bout, car à force d’exercice on parvient toujours à vaincre ses peurs. Il faut se dire qu’il ne faut jamais laisser les craintes prendre trop de place dans la vie, car ainsi elles contrôleraient tout et on en dépendra.

Si vous n’êtes pas trop attiré par l’envie de faire un stage pratique, vous pouvez entrer en contact avec les experts aguerris. Ils identifieront la source de vos craintes et dialogueront avec vous sur les différentes façons d’en venir à bout. Pour vaincre rapidement et efficacement votre peur de prendre l’avion il est plutôt conseillé d’effectuer un stage pratique, car rien de mieux que la pratique pour apprendre n’est-ce pas ?

Astuces pour rendre votre vol agréable

Pour réduire au mieux votre stress en vol, vous devez vous hydrater convenablement, évitez les excitants tels que le café, les boissons énergétiques, les sodas et l’alcool. Mettez-vous en condition de confort durable : portez des vêtements confortables, ajustez convenablement votre siège, etc. Faites des exercices de respiration lorsque vous sentez une crise de panique survenir. Occupez-vous afin de ne pas trop vous focaliser sur les aspects négatifs que vous vous êtes faits sur le vol. Lisez un livre ou regardez un film. Il est inutile de paniquer en cas de turbulences, dites-vous juste que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et qu’il ne durera pas éternellement.

L’idée que l’homme est un être terrestre est préconçue et erronée, car il faut savoir s’adapter à son temps. L’avancée technologique permet aujourd’hui de réaliser de véritables prouesses et la majorité des avions sont dotés de capacités extrêmement évolutives, ainsi les risques de crash sont très réduits.